Charles Garnier (6 novembre 1825 - 3 août 1898)

Architecte du nouvel Opéra

Lorsque Charles Garnier entreprend la construction du nouvel Opéra, à l’été 1861, le Tout-Paris découvre le projet d’un jeune architecte encore inconnu du grand public.

Reçu à l’École des beaux-arts en 1842, à l’âge de 17 ans, Garnier remporte le concours du Grand Prix de Rome d’architecture en 1848. Il quitte aussitôt la France et se dirige vers l’Italie, où débute son séjour de pensionnaire de l’Académie de France. Le jeune architecte effectue alors un voyage d’études qui le mène en Grèce et en Turquie. Ses multiples pérégrinations dans le bassin méditerranéen, financées par le duc de Luynes, se prolongent cinq années durant. Garnier y découvre la polychromie, un procédé encore peu connu en France, qui consiste à doter un monument de couleurs variées grâce à l’emploi de matériaux diversement colorés. Lorsqu’il rentre à Paris, Garnier est épuisé par ce périple initiatique, tant physiquement que moralement.


En 1861, il est lauréat du concours pour la construction d’un nouvel Opéra à Paris. Il consacre quatorze ans de sa vie à la réalisation de ce chef-d’œuvre, l’un des rares bâtiments dans l’histoire de l’architecture à porter le nom de son concepteur. Auparavant, Garnier n’avait pourtant commis que très peu d’ouvrages, dont la restauration de la tour Saint-Jacques ou encore la construction d’un immeuble boulevard Sébastopol, à Paris.

Après l’inauguration du nouvel Opéra, Charles Garnier réalise quelques villas, notamment à Bordighera (Italie), ainsi que le salon des jeux du casino de Monte-Carlo (1879), des immeubles parisiens, tels que celui du Cercle de la librairie et d’Hachette, ainsi que l’observatoire de Nice, avec la participation de Gustave Eiffel (1892). C’est aussi à Garnier que l’on doit l’édification de l’église de La Capelle, dans l’Aisne (1884), ou encore la construction de panoramas parisiens dont l’un d’entre eux devient le théâtre Marigny. Nommé membre de l’Académie des beaux-arts en 1874, Charles Garnier publie trois ouvrages majeurs, passés à la postérité : À travers les arts, causeries et mélanges (1869), Le Théâtre (1871) et Le Nouvel Opéra de Paris (1878-1881). À sa mort, le 3 août 1898 à Paris, Charles Garnier est l’architecte le plus connu du XIXᵉ siècle et reste aujourd’hui l’un des plus célèbres au monde.


Références :

Jean-Michel LENIAUD, Charles Garnier, Paris, Monum, Éditions du Patrimoine, 2003.
Bruno GIRVEAU, Charles Garnier, un architecte pour un empire, Paris, École nationale supérieure des beaux-arts, 2010.